Ce 13 octobre, montrons notre opposition au contournement nord de Wavre…

Alors que se multiplient les messages alarmants de scientifiques appelant à changer nos modes de vie et à respecter la nature pour éviter de laisser aux générations futures une planète inhabitable, la Ville de Wavre et le Gouvernement wallon maintiennent un projet qui fera tout le contraire.

Le contournement nord de Wavre est un projet délétère.
Il va entraîner encore moins de nature pour encore plus de béton.
Encore moins de biodiversité pour encore plus de voitures.

Nous sommes des milliers à nous opposer à cette absurdité.
Le 13 octobre, soyons nombreux à participer 
à la chaîne humaine à Basse-Wavre pour montrer à la presse et au monde politique l’ampleur de notre opposition.

Je participe !
Si le nouveau gouvernement wallon a promis de ne plus construire de nouvelles routes, ne nous leurrons pas. Même si la majorité des citoyens de la région y sont opposés, même si des recours en justice tentent de les empêcher, même si les travaux n’ont jamais commencé, le contournement de Wavre (ainsi, d’ailleurs que celui de Perwez), en toute hypocrisie, ne sont pas considérés comme “de nouvelles routes”. La menace reste plus présente que jamais.

Il est d’autant plus indispensable de montrer que nous ne laisserons pas saccager le patrimoine naturel de la région, que nous ne laisserons pas bétonner l’héritage que nous lèguerons aux générations futures et que la priorité doit désormais être sa préservation.

La réussite de la chaîne humaine que nous formerons le 13 octobre est donc vitale pour que ce nouveau gouvernement comprenne le message : “Nous, citoyens du Brabant wallon, nous nous opposons formellement à ces projets destructeurs.”

C’est le moment ou jamais.
 
Je participe !
Informations pratiques
Date : Le dimanche 13 Octobre 2019
Lieu : sur le parcours du projet de route, à partir du quartier du Culot à Basse-Wavre. Voir le plan ci-dessus.
Point de ralliement : 14 h à la gare de Basse-Wavre – parking limité sur place.
Un guidage vers le site de l’événement sera encadré par nos bénévoles (Vous souhaitez aider en devenant bénévole ? Contactez-nous).
 
Animations
Restauration : goûter “auberge espagnole”, food trucks, snacks, bar, stand de la brasserie du Renard.

Concert gratuit réservé aux participants de la chaîne :
“No Way Festival” avec les artistes
Ostara
Big Horse
Maya
Lucie-Valentine
Konoba
Accessibilité
Attention ! Le 13 octobre, la SNCB remplacera ses trains par des bus, aux mêmes horaires.
Il est donc conseillé de venir plus tôt.
Venant de Leuven : arrivée à Basse-Wavre prévue à 13h02 (bus 11178) ou à 14h02 (bus 11163).
Venant d’Ottignies : arrivée à Basse-Wavre prévue à 13h48 (bus 11183).

Plateforme de covoiturage : https://www.togetzer.com/covoiturage-evenement/3t0b89.

Parking : possibilités de stationnement au Centre sportif et au Collège de Basse-Wavre. Parking spécial pour les personnes à mobilité réduite (nous contacter).
 
Je participe !
Site web officiel (2019) de la plate-forme Contournement Nord de Wavre (CNW) :
https://www.contournement-nord-de-wavre.be/
 

Passons à l’action afin de légaliser l’HUMUSATION !

L’HUMUSATION:  “donner la vie après sa mort en régénérant la terre” –
https://www.humusation.org/
https://www.facebook.com/humusation/

Lorsque nous mourons, nous n’avons généralement, que deux options pour notre corps: l’enterrement et l’incinération.

Or, l’une et l’autre sont très polluantes.

Mais il existe une troisième solution, que nous appelons l’Humusation

il s’agit d’un processus contrôlé de transformation des corps par les micro-organismes dans un compost composé de broyats de bois d’élagage, qui transforme, en 12 mois, les dépouilles mortelles en Humus sain et fertile.

La transformation se fera hors sol, le corps étant déposé dans un compost et recouvert d’une couche de matières végétales broyées que les Humusateurs ajusteront pour en faire une sorte de “monument vivant“.

En une année, l’humusation du défunt, réalisée sur un terrain réservé et sécurisé qui aura pour nom “Jardin-Forêt de la Métamorphose”, produira +/- 1,5 m³ de “super-compost”.

Suivez ce lien pour comprendre comment cela se déroulera en détail.

Pourquoi choisir l’Humusation?

L’Humusation, contrairement à l’enterrement ne nécessite:

  • pas de cercueil
  • pas de frais de concession dans un cimetière pendant 5, 10, ou 25 ans
  • pas de frais de pierre tombale, ni de caveau
  • pas de frais d’embaumement, ni l’ajout de produits chimiques nocifs
  • pas de charge d’entretien régulier de la tombe pour les proches
  • et ne provoque pas de pollution des nappes phréatiques par la cadavérine, la putrescine, les résidus de médicaments, les pesticides, les perturbateurs endocriniens,….

L’Humusation, contrairement à l’incinération ne génère:

  • pas de rejets toxiques dans l’atmosphère, ni dans les égouts   
  • pas de consommation déraisonnée d’énergie fossile (+/- 200 l d’équivalent mazout/personne)
  • pas de location de colombarium
  • pas de détérioration des couches superficielles du sol lors la dispersion des cendres

Au contraire, l’Humusation crée un humus riche, utilisable pour améliorer les terres.

Un processus de remise à la terre doux, respectueux de la personne et durable.

https://www.humusation.org/ –
https://www.facebook.com/humusation/

Passez à l’action la plus efficace pour obtenir sa légalisation!

1. Informez vos élus locaux de votre dernière volonté.

Dès qu’une personne, quel que soit son âge et son état de santé, comprend que l’Humusation lui conviendrait mieux que d’être enterrée ou incinérée, elle doit en informer par courriel (adresses disponibles sur le site internet devotre localité ) tous les membres du Collège des Bourgmestre et Échevins de sa Commune (en Belgique) ou de son Conseil Municipal  (en France)  .

Nous devons tous faire cette pression sur nos élus afin qu’ils demandent à leurs collègues, au Gouvernement, d’intégrer rapidement l’HUMUSATION dans la législation. Il faut leur prouver qu’on est de plus en plus nombreux à ne plus vouloir du “système en vigueur” et à exiger de pouvoir choisir l’Humusation, sans plus tarder.

Cliquez sur l’image à droite pour faire apparaître, sur votre écran, l’acte de dernière volonté en français, ou akte van laatste wilsbeschikking en néerlandais, ou Letzer Wille en allemand.

Sans devoir l’imprimer, compléter toutes les cases digitalement et enregistrer-le comme fichier sur votre PC afin de pouvoir l’envoyer par courriel d’un clic, en pièce jointe, dans la boîte mail de tous vos élus locaux (en mettant notre Fondation en copie humusation@gmail.com pour nous tenir informé) sans devoir le signer manuellement si vous y mentionnez la même adresse courriel.

Ce sont les assemblées des députés (B) et sénateurs (F) qui ont le pouvoir de légaliser.

Vos élus locaux sont donc les mieux placés pour exiger qu’ils le fassent, dans les plus brefs délais, puisqu’il n’y a qu’eux qui sont confrontés régulièrement à tous les problèmes générés par les cimetières et les crématoriums !

Au nom des Générations Futures, de vos enfants et des enfants de vos enfants, 

M E R C I  !!!

[Pétition] Plastique alimentaire : en finir avec cette folie

On dit que les pétitions en ligne ne servent à rien. N’empêche que celles qui récoltent des millions de signatures témoignent et forgent une opinion publique plus ancrée et solide, plus mobilisée sur une cause bien ciblée, donnant ensuite de l’appui aux actions qui s’en suivent. Je viens donc de signer la pétition « Plastique alimentaire : en finir avec cette folie ». Cette cause me tient à cœur, j’aime l’océan et la vie qui l’habite. J’aimerais que le plus de monde possible soit au courant de cette folie (une de plus nous conduisant à notre perte et à celle de nos descendants) et signe cette pétition.

Voici le lien:

https://www.leslignesbougent.org/petitions/stop-plastique-alimentaire/script/

Allé, debout, un peu de courage, on s’en fout des “like” sur les posts Facebook, signer = s’incarner !! Merci d’avance, Laurent

  • Attendu qu’une baleine a été retrouvée morte aux Philippines le 18 mars 2019 avec 40 kg de plastique dans l’estomac :[1]
  • Attendu que l’industrie agro-alimentaire produit 900 milliards de produits alimentaires et boissons emballées, chaque année, rien que pour les supermarchés européens ;
  • Attendu que 95 % de ces emballages ne servent qu’une seule fois, et sont jetés après leur première utilisation ;
  • Attendu que, une fois dans les poubelles, moins de 30 % sont recyclés ; le reste est jeté dans la nature ou brûlé, rejetant des polluants dans l’atmosphère ;
  • Attendu que, la plupart des plastiques présentent des dangers de contamination par migration chimique dans la nourriture ;[2]
  • Attendu que le contact entre plastiques et nourriture explique la montée des perturbateurs endocriniens, qui déséquilibrent les systèmes hormonaux et physiologiques, avec des maladies neuro-dégénératives à la clé ;[3]
  • Attendu que les microplastiques qui envahissent les océans, les cours d’eau et la chaîne alimentaire font peser un danger d’une ampleur encore impossible à évaluer sur tous les êtres vivants, dont l’être humain ;[4]
  • Attendu qu’il est de plus en plus difficile d’acheter de la nourriture qui ne soit pas emballée, souvent même plusieurs fois, et que les légumes, fruits et herbes fraîches eux-mêmes sont aujourd’hui souvent vendus en barquettes plastiques.

Nous vous demandons de renverser la tendance, et de privilégier les produits vendus sans emballage, pour éliminer la plus grande partie des plastiques aujourd’hui rejetés dans l’environnement.

Nous, consommateurs, arrêterons de venir dans vos magasins si vous ne prenez pas des mesures dans ce sens. Nous refuserons d’acheter notre nourriture emballée dans du plastique, et retirerons les emballages inutiles avant de passer dans les caisses.

Veuillez croire, Mesdames, Messieurs, en l’expression de mes salutations distinguées.

Augustin de Livois
Président de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Sensibilisation Compteurs dits Intelligents ET bientôt la 5G!?

Pourquoi veulent-ils jeter nos compteurs d’électricité?

Nos compteurs d’électricité électromécaniques, toujours opérationnels et robustes pourraient être remplacés par des nouveaux compteurs dits «intelligents» parce qu’ils seront connectés (ondes électromagnétiques). En Belgique près de 6 millions de compteurs qui fonctionnent iraient à la casse (200 millions en Europe).

·          Les promoteurs disent que ces compteurs communicants vont réduire la consommation… Mais des études montrent le contraire; s’ils sont motivés, les utilisateurs ne peuvent-ils  pas réduire leur consommation sans les compteurs communicants? Par contre, le compteur connecté n’augmenterait-il pas la consommation d’énergie? (alimentation des compteurs, des centrales, des serveurs, traitement des données, fabrication des compteurs eux-mêmes: extraction des métaux rares très énergétique! etc.)?

·          Ces compteurs ajouteraient des ondes électromagnétiques à celles dans lesquelles nous baignons déjà (GSM, radio, wifi…). De nombreuses études scientifiques attestent des risques sanitaires de ces ondes. La multiplication de ces objets connectés rend nécessaire le déploiement du réseau 5G qui accroîtra encore l’électro-smog qui nous menace (ne sommes-nous pas tous-tes électro-sensibles?) Pourquoi déciderait-on leur généralisation sans appliquer le principe de précaution, alors que nombreuses personnes en souffrent déjà?

·          Le gestionnaire de réseau pourra relever ou couper les compteurs à distance, ce qui lui permettra de réduise son personnel. Des intérêtséconomiques se cachent-ils derrière ce marché juteux (40 milliards € au niveau européen)? A qui cela profiterait-il?

·          Ces appareils intrusifs et indiscrets capables de connaître nos comportements quotidiens dans nos domiciles ne sont-ils pas une menace sur nos vies privées et un moyen supplémentaire de commercialiser des infos sur nos données personnelles?

·          N’est-il pas important d’envisager le progrès d’un point de vue écologique et démocratique? En se souciant du VIVANT (humain, animal, végétal), de l’environnement, du climat? Et, à l’échelle de la planète (ne ferait-on pas du «propre» au Nord en salissant le Sud)?

C’est pour répondre à ces nombreuses questions qu’est organisée une

séance de sensibilisation, discussion et échanges

le dimanche 28 avril –Auditoire Studio Agora 11 (Place Agora) Louvain-la-Neuve

Programme

13h00 : Accueil avec stands de documentations diverses (inscription coordonnées pour suivi éventuel).

14h00Documentaire Take back your power (sous-titré) sur les questions et problèmes que posent le déploiement et  l’installation obligatoires des compteurs communicants ; tourné aux États-Unis – 43 minutes.

14h45: Présentation des intervenants Wendy de Hemptinne, physicienne indépendante; Paul Lannoye, physicien, directeur du GRAPPE (groupe de réflexion et d’action pour une politique écologique), initiateur du Collectif Stop Compteurs Communicants (recours devant la Cour Constitutionnelle); Grégoire Wallenborn, chercheur à l’IGEAT-ULB, porte-parole de la commission nouvelles technologies et vie privée de la Ligue des Droits Humains; Jean-François Mitsch, spécialiste de technologies nouvelles – Animation Pascale Ramet-Rivages, citoyenne d’Ottignies/LLN et Alain Adriaens, généticien, porte-parole du mpOC (mouvement politique des Objecteurs de Croissance)

Exposé de Wendy de Hemptinne (ondes; champ électromagnétique; normes; impacts sur la santé)

Table ronde et échanges avec le public.

Les formations  politiques ont été invités à venir présenter leur position par rapport aux compteurs communicants et à la 5G; ils seront interrogés avant la clôture de l’après-midi. L’intercommunale ORES a également été invitée.

Moment de détente avec buffet salé/sucré/bar (PAF modique)

Activités encadrées pour les enfants pendant toute l’après-midi (gratuit, sur réservation uniquement)

Réservations souhaitées : inscriptions@ahlln.be